EMMAÜS ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Emmaüs et le développement durable

Un mouvement solidaire au service des plus pauvres

La naissance d’un mouvement solidaire et responsable

Véritable acteur du développement durable depuis sa création, le mouvement solidaire Emmaüs continue sa mutation et ne cesse de s’adapter à l’évolution de notre société. En précurseur de l’économie solidaire et circulaire, Emmaüs est un véritable maillon permettant aux plus démunis et aux exclus, de retrouver une place au sein de notre société, via le travail et le don de soi. Retour sur l’activité phare du mouvement : la récupération. En effet, c’est de l’esprit de l’Abbé Pierre qu’est née cette idée de mouvement en faveur des plus nécessiteux. Répondant à l’origine à la misère engendrée par la Seconde Guerre mondiale, Emmaüs continue de s’adapter aux nouvelles formes de pauvreté en apportant des solutions originales et novatrices contre l’exclusion. Ancien résistant, devenu député proche du mouvement chrétien socialiste, l’Abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, n’a jamais failli dans son combat contre la pauvreté. Déjà en 1949, sa rencontre avec Georges Legay, futur premier compagnon Emmaüs, annonce les prémices du mouvement. L’Abbé Pierre quitte la politique en 1951 pour se consacrer exclusivement à la petite communauté qu’il a créé dans sa maison de Neuilly-Plaisance. L’activité de chiffonnier est au centre de cette vie communautaire. Elle permet à de nombreux sans-abris de retrouver un toit et un travail. La fondation de l’association Emmaüs remonte à 1954, 9 ans après la Seconde Guerre mondiale. La France souffre toujours d’une grave pénurie de logements qui touche les plus pauvres. L’année 1954 connaît aussi un hiver particulièrement rigoureux qui menace – et parfois tue – les plus fragiles. L’Abbé Pierre décide alors d’agir en lançant un appel à l’aide sur les ondes de Radio Luxembourg. Les dons récoltés, à hauteur de 500 millions de francs de l’époque, permettent à l’association d’acheter un immeuble dans Paris, point de départ d’un mouvement qui regroupe aujourd’hui plus de 300 entités différentes, aux quatre coins du monde.

Une fédération de communautés

Avant la naissance de l’association, le mouvement Emmaüs compte déjà plusieurs communautés qui travaillent en autonomie. Chaque entité y développe sa propre activité, souvent centrée autour de la récupération et de la « chine ». La création de l’association, puis l’adoption de textes fondateurs, vont alors permettre de donner un sens commun à l’ensemble de ces communautés. L’Abbé Pierre participe entre 1959 et 1960 à plusieurs conférences partout dans le monde. Son message pousse de nombreuses personnes à se regrouper et à former à leur tour leurs communautés. Ce sont aujourd’hui près de 350 groupes dans 37 pays qui sont réunis sous la bannière d’Emmaüs International, fondée en 1971, menant des activités très diverses dans des contextes locaux variés, allant de la récupération d’objets au logement social, de l’insertion professionnelle au microcrédit, en passant par l’agriculture.

Les 3 grandes actions d’Emmaüs

En France, le mouvement Emmaüs est scindé en trois grandes branches : les communautés, l’action sociale et l’économie solidaire. Chacune de ces branches mène une action commune aux 2 autres : redonner aux plus pauvres et aux exclus de la société, la possibilité de reprendre leur vie en main et de retrouver une dignité. La branche communautaire, la plus connue et la plus visible à travers les 119 communautés autonomes et auto-subsistantes qui émaillent notre territoire, permet aux accidentés de la vie de « se refaire une santé ». Ces lieux d’accueil mettent l’accent sur le réapprentissage des règles de vie en société et permettent aux personnes de retrouver une activité, voire de se former, grâce à la récupération et à la revente d’objets en tous genres : vêtements, jouets, meubles, outils, appareils électriques et électroménagers, vaisselle, textile de maison, tout ce que peut rassembler la literie, livres, papeterie, tables, bureaux, tableaux, luminaires en tout genre, …. La branche action sociale et logement réunit les structures d’accueil et SOS Familles Emmaüs. Le scope d’activité des structures d’accueil, d’hébergement et de logement est très large, allant de l’accueil d’urgence à la réinsertion et de l’accompagnement social à la réhabilitation de logements. SOS Familles Emmaüs est quant à elle soutenue par des bénévoles qui apportent conseils et aides financières aux ménages en difficulté. Enfin, la branche économie solidaire et insertion regroupe les comités d’amis et les structures d’insertion. Les comités d’amis fonctionnent de la même manière que les communautés. Ils sont cependant animés par des bénévoles; l’argent récolté vient soutenir familles, associations locales et projets Emmaüs. Les structures d’insertion ont vocation à former des personnes exclues de la société en travaillant sur des problématiques très diverses : formation professionnelle, logement, santé, budget…

Emmaüs, précurseur du recyclage

Le socle de la fondation Emmaüs

L’activité des communautés Emmaüs est centrée sur la récupération et la revente d’objets par les Compagnes et Compagnons. En redonnant vie à des produits tels que des meubles ou de l’électroménager, les communautés embrassent complètement les notions de recyclage, de développement durable et d’économie circulaire, respectueuses de l’environnement. L’argent issu des ventes permet à chaque communauté de vivre en autonomie. À l’origine, les Compagnons exerçaient principalement l’activité de chiffonniers en récupérant des vêtements et des tissus qu’ils reprisaient puis revendaient à moindre coût à des personnes aux faibles revenus. C’est à la suite des chocs pétroliers des années 1970 que les communautés se sont tournées vers le bric-à-brac, constituant aujourd’hui l’essentiel des ventes. Le public d’acheteurs s’est élargi et concerne désormais toutes les couches de la société.

Le don d’objets

La notion de don est centrale dans le fonctionnement d’Emmaüs. Elle concerne à la fois le don d’objet par des particuliers et le don de sa personne et de son temps, pour une cause humaine. Les communautés acceptent tous les types de dons – meubles, vêtements, objets en tout genre – encore utilisables, recyclables ou réparables. Le ramassage de vos objets peut se faire de multiples façons. Il peut avoir lieu à votre domicile, par le biais de camions qui sillonnent votre région. Il vous suffit de contacter du lundi au samedi la communauté la plus proche afin d’établir une date d’enlèvement. Il est aussi possible de participer aux Collectes Solidaires de Quartier. Vous pouvez bien entendu déposer vous-même vos objets directement dans les locaux de la communauté. Emmaüs se tourne également vers d’autres sources de dons, notamment vers les entreprises, en collectant textiles et électroménager. La plateforme GEMmaüs, près de Toulouse, récupère les invendus où ils sont triés puis redirigés vers les communautés aux alentours. Enfin, et ce depuis sa création, Emmaüs accepte toujours les dons financiers et les legs directs aux communautés locales.

Le respect de l’environnement

Le Mouvement Emmaüs, de par son activité, est automatiquement concerné par les réglementations sur l’environnement et par le traitement des déchets. La collecte et le tri se sont spécialisés en filières. On retrouve ainsi la filière textile, alimentée par les dons de vêtements des particuliers via les aménagements de Points Relais sur les trottoirs de nos villes. Une autre filière, spécialisée dans les équipements électriques et électroniques, a été créée en 2006. Associé au prestataire Eco-Systèmes, Emmaüs récupère l’électroménager des particuliers. Ce qui peut être réparé est revendu par la communauté tandis que les appareils trop endommagés sont récupérés par le partenaire pour une dépollution et un recyclage selon des normes réglementaires strictes. Depuis 2013, une troisième filière destinée à la récupération et la revalorisation des meubles a été créée. Elle rassemble ainsi l’ameublement des particuliers et des entreprises. Comme pour l’électroménager, les meubles non réutilisables en l’état, sont recyclés et transformés en nouveaux produits, respectant ainsi les notions d’économie circulaire et de développement durable.

La revente des objets

Comment acheter chez Emmaüs?

Une fois restaurés ou recyclés, les dons sont remis en vente pour le grand public. Le mouvement Emmaüs précise que l’achat dans les communautés n’est pas réservé aux plus fragiles économiquement. Chacun peut y trouver son compte, des nécessaires ustensiles de cuisine aux objets décoratifs les plus rares. Il existe près de 350 points de vente à travers le pays, se situant directement en ville ou en périphérie. Le site internet d’Emmaüs France vous propose de retrouver la salle de vente la plus proche dans son onglet « Où donner / où acheter ». Emmaüs propose depuis 2016 sa propre plateforme d’achat en ligne, appelée Label Emmaüs. Loin de vouloir concurrencer les mastodontes du secteur, le mouvement souhaite surtout redonner du sens à notre consommation et à l’acte d’achat, en proposant des produits de récupération remis à neuf ou créés à partir d’objets recyclés. Emmaüs s’inscrit d’ailleurs depuis toujours comme le précurseur du très tendance DIY, pour Do It Yourself, où faire soi-même.

L’achat solidaire

Tout comme le don, l’achat chez Emmaüs relève d’une véritable démarche solidaire. Votre acte permet tout d’abord de faire vivre une communauté. Il permet aussi de pouvoir mettre des projets en place, qu’ils concernent directement la communauté – bâtiments, aménagements – ou d’autres actions comme des dons vers d’autres pays. Il permet aussi et surtout de redonner à des femmes et des hommes le sentiment d’être utiles à la communauté et leur permet de retrouver leur dignité par le travail après des parcours souvent chaotiques.

La consommation responsable

Acheter chez Emmaüs, c’est aussi faire preuve de l’envie de consommer différemment. À l’époque de la consommation de masse, Emmaüs souffre encore de son image populaire vendant des produits de seconde main aux plus démunis. Le mouvement propose pourtant un véritable modèle d’économie circulaire et solidaire qui se veut plus respectueuse de l’environnement et qui donne du sens au fait d’acheter. En proposant des produits restaurés et parfois recyclés, le mouvement entend démontrer qu’il est possible de consommer de façon responsable et de revaloriser nos déchets plutôt que de systématiquement jeter. En faisant un geste pour l’environnement, Emmaüs entend également démontrer que l’économie circulaire aide à résoudre les problèmes de pauvreté et de mal-logement.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *